Côte d’Ivoire

A chaque région sa spécialité gastronomique

vendredi 20 janvier 2017, par Info du continent

Version imprimable de cet article Version imprimable

A chaque région sa spécialité gastronomique

La Côte d’Ivoire accueille toujours ses visiteurs avec de bons plats originaux et chaque région du pays propose une spécialité gastronomique très riche et appréciée qui constitue une attraction pour de nombreux visiteurs. Jumia Travel, acteur de la promotion de la destination Afrique, vous fait faire un tour gastronomique des régions ivoiriennes.
Vous remarquerez que dans toutes les régions du pays, les peuples ont plusieurs spécialités gastronomiques mais il y en a toujours une qui prédomine et fait l’unanimité. C’est le cas de la sauce graine dans la région ouest de la Côte d’Ivoire. Cette sauce est l’une des plus populaires d’ailleurs du pays de Didier Drogba, par ailleurs originaire de cette partie du pays. Faite à base du jus jaune extrait de la noix de palmier, la sauce graine est une grande spécialité des peuples de l’ouest ivoirien. C’est aussi une sauce panafricaine car elle est également consommée en Guinée, au Nigéria, au Ghana et dans bien d’autres pays africains. Selon les habitudes de consommations des populations dans les les régions, il est cuit avec du gibier, de l’escargot, du poisson ou de la viande de bœuf, et consommée avec du riz, du placali, le foutou et toutes ses dérivées.
A l’Est, le peuple Akan raffole du foutou. C’est de la banane plantain bouillie et pilée dans un mortier qui donne une boule compacte. Il se retrouve dans presque toutes les régions ivoiriennes, même si le peuple Akan en a fait sa spécialité. Le foutou est aussi consommé dans cette région avec plusieurs variantes, notamment le foutou de manioc, foutou d’igname ou foutou de tarot. Il accompagne plusieurs sauces dont les plus associées sont la sauce graine, la sauce arachide, la sauce gombo et bien d’autres.
Au Nord, pas un pas sans le cabatô. Le cabatô ou kabatô ou encore le tô de maïs est une pâte obtenue par le mélange d’eau chaude et de farine de céréales tels que le maïs, le sorgho, le mil ou encore le fonio. Ici, le cabatô est consommé à presque toutes les occasions ; tous les jours, lors des fêtes diverses, de mariage ou des cérémonies funèbres. Ce met est d’une importance capitale dans la tradition des peuples du nord ivoirien. Il est d’ailleurs consommé dans plusieurs autres pays africains, notamment le Burkina Faso, la Guinée, le Mali etc. Il est consommé en général avec les différents types de sauces feuilles, tomate ou de sauces gluantes à bases de gombos.
La sauce N’tro fait l’unanimité au Sud du pays. C’est une spécialité dont seuls les peuples du sud ivoirien possèdent le secret. Concocté avec un mélange de gombo frais et d’aubergine, le N’tro est accompagné par le foutou ou le placali. Les peuples lagunaires ivoiriens en consomment au cours des fêtes traditionnelles, pendant les réunions familiales, et quand ils reçoivent des hôtes. De même au centre ivoirien, l’accueil se fait souvent avec le foutou igname qui y est consommé avec engouement. Il s’accompagne de la sauce gombo, sauce feuilles, graine etc. Il peut être consommé dans toutes les autres régions, à l’instar d’ailleurs de tous les mets précédemment cités, mais le foutou igname est l’un des mets les plus prisés des peuples du centre ivoirien.

Dominique Yao