Un tribunal algérien condamne à mort des centaines de personnes dans une affaire de lynchage par un incendie de forêt

Un tribunal algérien condamne à mort des centaines de personnes dans une affaire de lynchage par un incendie de forêt

Un tribunal algérien condamne à mort des centaines de personnes dans une affaire de lynchage par un incendie de forêt

Au cours de l’exécution d’un homme faussement accusé d’avoir déclenché des incendies meurtriers l’été dernier, 49 personnes ont été condamnées.

Un tribunal algérien a condamné 49 personnes pour l’exécution d’un homme accusé d’avoir déclenché des incendies de forêt meurtriers lors d’une vague de chaleur prolongée l’année dernière. Les médias d’État ont rapporté.

La nation nord-africaine a cependant maintenu un moratoire sur l’exécution des condamnations à mort, ce qui signifie que les peines seront probablement réduites par la réclusion à perpétuité.

Djamel Ben Itsmail, 38 ans, a été reconnu coupable d’avoir déclenché les incendies qui ont fait plus de 90 morts dans le nord de l’Algérie.

Plus tard, il est apparu qu’Ismail, un artiste de Miliana (230 km ou 140 mi plus à l’ouest), s’était en fait rendu dans la région en tant que bénévole non rémunéré pour aider à combattre les incendies.

L’Algérie, le plus grand pays d’Afrique, était l’un des nombreux pays méditerranéens qui ont été confrontés à des incendies de forêt dévastateurs la saison dernière.

Jeudi, le tribunal de Dar el-Beida, à l’est d’Alger, « a condamné 49 personnes à l’exécution pour le meurtre [de Ben Ismail] et la mutilation de son corps ».

le tribunal a condamné 28 autres accusés à des peines allant de deux ans à dix ans de prison sans possibilité de libération conditionnelle.

Les images choquantes ont été largement partagées, provoquant l’indignation en Algérie.

Bien que la canicule ait provoqué les incendies, les autorités ont également accusé les « criminels ».

Les autorités ont également accusé le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie d’être une organisation terroriste. Le MAK, un mouvement d’autonomie pour la région de Kabylie, à majorité amazighe, dans le nord de l’Algérie, a rejeté ces accusations.

Bien que la majeure partie du terrain de l’Algérie soit désertique, le nord compte plus de 4 000 000 d’hectares (10 000 000 d’acres) de forêt et subit chaque année des incendies dévastateurs.

Les climatologues préviennent que le réchauffement climatique d’origine humaine entraînera des températures plus élevées et des conditions météorologiques plus extrêmes à travers le monde.